Consuelo Naranjo (IH), Loles González-Ripoll (IH) y Leida Fernández Prieto (IH) participan en el libro "Fruits de la terre. Du produit exotique au symbole patriotique. Cuba, XVIIIe-XXIe siècle"

 
Fruits de la Terre. Du produit exotique au symbole patriotique est à la fois la production d'une collaboration scientifique durable et celle de la fructueuse maturation d'une réflexion interdisciplinaire. Ce livre a germé de la plaisante allégorie de Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar, où Fernando Ortiz faisait de don Tabac et de don Sucre les protagonistes les plus importants du ballet de la société cubaine. En les incarnant, il les caractérisait tant du point de vue social, qu'économique et symbolique. «Le café - ajoutait-il - étranger mais créolisé, dansait entre eux deux». Comment résister à entrer dans le bal ? Plusieurs des collaborateurs du présent ouvrage ont eu ces figures présentes à l'esprit au cours de leur réflexion. Se limiter à ces trois produits coloniaux - des trois, le tabac seul étant autochtone - nous aurait cloisonnés de manière peu féconde. Dans les Caraïbes hispaniques, à Cuba en particulier, littérature et arts sont riches de cette symbolique du fruit. C'est pourquoi nous avons joué sur la polysémie de la formulation qui évoque les fruits endémiques de l'île, les produits de l'activité agricole, mais aussi ceux de la pensée et de l'Art, sans oublier que l'assimilation de la Terre à la Patrie permit de filer la métaphore de l'identité.
 
 
Bouffartigue, Sylvie (Éd.). Fruits de la terre. Du produit exotique au symbole patriotique. Cuba, XVIIIe-XXIe siècle. Paris: Indigo et Côté-Femmes, 2013, 312 p.
ISBN 978-2-35260-097-8
Attachments: